2.1 HYDROCEPHALIE SECONDAIRE À UNE HSA NON TRAUMATIQUE

QCM

A. L’hydrocéphalie aigue est présente dans environ 20% des HSA d’origine anévrysmale.
B. Le risque de survenue d’une hydrocéphalie est d’autant plus grand que l’HSA est associée à une hémorragie intraventriculaire
C. La survenue d’une méningite augmente le risque de survenue d’une hydrocéphalie retardée
D. En cas de trouble de la vigilance sans dilatation ventriculaire au TDM, le diagnostic d’HIC en lien avec une hydrocéphalie est exclu.
E. La mise en place d’une DVE permet également le monitorage de la pression intraventriculaire et l’optimisation de la neuro-réanimation.

La pathologie en chiffre

Environ 20% d’hydrocéphalie aiguë sur le scanner initial dont la moitié n’est pas responsable de trouble de la conscience (une hydrocéphalie peut se développer durant la première semaine suivant l’HSA, même si elle n’était pas présente initialement).
Environ 50% des hydrocéphalie aiguë post-HSA deviendront chronique et la moitié d’entre elles nécessiteront une dérivation de LCR permanente.

Mémento didactique

Les facteurs associés au développement d’une hydrocéphalie aiguë après une HSA sont :

  • L’âge (le risque augmente avec l’âge)
  • Une hémorragie intraventriculaire (notamment du V4) et/ou une hémorragie diffuse (parallèle avec le score de FISHER CF FICHE 3.1.1).
  • L’HTA à l’admission.
  • La localisation de la lésion vasculaire (anévrysmes de la circulation postérieure).

Les facteurs associés au développement d’une hydrocéphalie retardée sont :

  • Le grade clinique élevé
  • Une hydrocéphalie aigüe à l’admission
  • Une HSA de grande abondance
  • Une hémorragie intraventriculaire
  • Le sexe féminin
  • Un épisode de méningite

En cas de doute sur la présence d’une hydrocéphalie chez un patient avec des troubles de la vigilance sans dilatation ventriculaire franche sur le TDM, la réalisation d’un doppler transcrânien peut être d’une grande aide pour affirmer le diagnostic d’HTIC.

Les études ont montré qu’un traitement « agressif » de l’HTIC et de l’hydrocéphalie (Drainage de LCS, neuroréanimation, monitorage de la pression intracrânienne) était associé à un meilleur devenir fonctionnel.

L’hydrocéphalie chronique post-HSA est liée à des adhésions piales et arachnoïdiennes ou à un défaut de fonctionnement permanent des villosités arachnoïdiennes qui ont été endommagées par le saignement. Elle peut survenir plusieurs mois après l’HSA.

Algorithme décisionnel

Algorithme : Indication de la mise en place d’une DVE à la phase aigüe d’une HSA

Indication de la mise en place d’une DVE à la phase aigüe d’une HSA

Penser à la correction de l’hémostase avant la pose d’une DVE, sauf si urgence extrême et bilan d’hémostase en cours.

Attention :

  • En cas d’artériographie sous anesthésie générale : patient non surveillé cliniquement et éventuellement plusieurs heures d’examen avant de pouvoir à nouveau évaluer le patient. Si doute sur une hydrocéphalie, préférer la pose d’une DVE avant l’examen
  • En cas de pose de stent, de flow diverter… Nécessité en post-procédure d’une anti-agrégation qui peut contre-indiquer la DVE. Préférer la pose d’une DVE avant le traitement endovasculaire si doute sur une hydrocéphalie.
  • En cas de prise en charge chirurgicale, un abord ptérional peut permettre une ouverture de la lame terminale qui peut parfois permettre de se passer de DVE. A discuter avec le chirurgien dans certains cas.
    => Importance de renouveler les scanner dans les 72h suivant le saignement.

Réponses QCM :

ABCE

Références annotées :

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?